<div style="text-align: justify; padding: 0 0 20px 0; margin: 0 0 20px 0;" class="lettre1">

<p class="lettre1"><span style="font-size: 22px;">&Agrave;</span> <strong>c&ocirc;t&eacute;

© P. Malzieu – tous droits réservés

À près les Femmes Artistes, il était tentant de présenter des Femmes Savantes, des Femmes de Lettres, etc. Mais il a été décidé de rendre hommage à celles qui peuvent toutes les représenter, au fond : les frondeuses, les combattantes, les résistantes. En tous cas à certaines de ces dernières.

Les frondeuses, les combattantes, les résistantes ...

Pour se libérer de la réserve dans laquelle on les cantonne, les femmes doivent se rebeller, se battre, résister ....

Ninon de Lenclos (1620_1705)

Née en 1620 dans une famille noble, elle suivra les traces de son père, philosophe et épicurien. Riche, formée aux études classiques et à la musique (elle joue du luth, fort bien), c'est une femme d'esprit, à laquelle personne ne résiste. C'est surtout une femme libre, qui brise allégrement tous les tabous de l'époque à l'égard de son sexe. Elle dira d'ailleurs : "Dans mon enfance, j'ai réfléchi sur le partage inégal des qualités qu'on exige dans les femmes et dans les hommes ... Dès ce moment, je me suis faite homme". Une bonne façon d'affirmer son indépendance, revendiquée par beaucoup de ses contemporaines, mais rarement obtenue.

Les qualités et la personnalité de Ninon ont attiré dans ses salons du Marais, et dans son lit, les hommes les plus influents et les plus spirituels de son temps. On ne compte pas le nombre de ses amants éperdument amoureux, de Coligny au Grand Condé, en passant par les Sévigné, père et fils, ou le Duc de la Rochefoucault, et tant d'amiraux, chevaliers ou hommes de lettres. Le dernier en date, un jeune abbé, la courtisera alors qu'elle a 80 ans.  Elle ne renoncera à sa vie virevoltante  qu'un an plus tard, et s'éteindra paisiblement à l'âge de 85 ans.

Les combats des femmes pour la liberté ne prennent pas tous ce tour aimable, notamment dans les périodes troublées, où ils peuvent être dramatique. Sous la Révolution Française, deux figures de femmes se détachent : Olympe de Gouges et Madame Rolland.

Olympe de Gouges